Bibliothèque

Mettre à la disposition des chercheurs québécois une bibliothèque spécialisée dans la biodiversité, notamment de rapports et thèses à distribution restreinte, c’est un moyen classique connu de transmettre de l’information scientifique pertinente. Car lorsque l’information irremplaçable des échantillons biologiques prioritaires (Collections) n’est plus disponible, ce sont les données brutes manuscrites stockées dans des classeurs, des rapports d’impacts environnementaux, mémoires, thèses ou publications taxonomiques, floristiques ou faunistiques anciennes, ainsi que dans les banques informatisées modernes de données, qui constituent la 2e source de données en importance sur la biodiversité.

C’est pourquoi, dès 2005, l’IQBIO a accepté d’acquérir une portion majeure de la bibliothèque de brochures et tirés-à-part de feu Pierre Dansereau (1911-2011), qui était membre d’honneur de l’IQBIO. Ce don de l’UQAM ainsi sauvé de la poubelle est provisoirement encore stocké dans un espace occupé par l’IQBIO dans un entrepôt d’Environnement Canada au centre-ville de Montréal.

Afin de consolider cette décision prise dans l’urgence, le Conseil d’administration a adopté en 2009 une résolution d’acquisition d’une bibliothèque d’utilité publique pour la biodiversité québécoise. Maintenir une bibliothèque suppose toutefois que son contenu soit connu et diffusé : il faut donc du personnel. D’ici à ce que cette main-d’œuvre soit disponible, des efforts sont consacrés à ce type de service par la préparation graduelle de Bibliographies, qui indiquent si l’IQBIO possède ou non chacune des références citées. La constitution d’un catalogue, encore très préliminaire et expérimental, en lien étroit avec les bibliographies, a donc été amorcée par le président de l’IQBIO.

Certaines de ces bibliographies contiennent en plus des offres de doublons dont l’IQBIO a hérité. Ces documents que l’IQBIO a choisi d’offrir en priorité comme service font partie de Séries numérotées, souvent des tirés-à-part d’articles publiés dans des périodiques d’histoire naturelle et cartonnés à l’enseigne de l’institution à laquelle appartenait l’auteur, parfois des articles originaux publiés directement par l’institution en question. On doit souligner que les rapports annuels contiennent souvent des informations scientifiques qui sont restées inédites par la suite. Les doublons disponibles peuvent encore être utiles en format papier ou cartonné original à des naturalistes spécialisés qui les chercheraient en vain sur le marché ou dans les bibliothèques publiques. Le tableau bibliographique qui cite ces articles numérotés indique le nombre d’exemplaires encore disponibles à la date de la mise à jour du tableau.

Tous les naturalistes, qu’ils soient membres ou non de l’IQBIO, sont invités à consulter ces bibliographies et à transmettre leurs demandes (au président, pour le moment) pour les articles qu’ils sont intéressés à acquérir. L’utilité d’un tel service sera donc évaluée au fur et à mesure des demandes.

La bibliothèque de l’IQBIO est actuellement entreposée dans des pièces qui lui sont attribuées dans le pavillon Marie-Victorin, en vertu du partenariat qu’il détient avec le Département de sciences biologiques de l’Université de Montréal, situé dans ce pavillon. Le public n’y a pas accès, mais les membres de l’IQBIO le peuvent en s’adressant à son président.

D’autres séries seront affichées au fur et à mesure qu’il sera possible de récupérer des exemplaires à donner et d’en préparer les tableaux bibliographiques et que le service aura montré son utilité.