Les espèces du Québec

DIRECTIVES DE MISES À JOUR: Le concours des personnes, scientifiques ou non, membres ou non de l’IQBIO, intéressées par la biodiversité est sollicité pour la mise à jour de ces données : toutes les corrections appropriées, grandes ou petites (additions ou retraits d’espèces, noms ou dates à changer, etc.), avec les sources documentaires dont ils disposent, sont les bienvenues. Elles doivent être soumises à notre comité éditorial pierre.brunel@umontreal.ca). Les contributions seront le plus possible créditées aux personnes responsables. L’aide financière souhaitée des gouvernements, des fondations et des mécènes accélérerait naturellement la mise en œuvre de ce programme ambitieux et indispensable pour la conservation de la nature.

Combien trouve-t-on d’espèces sur le territoire québécois et dans les écosystèmes adjacents? Quels sont leurs noms scientifiques, français et anglais valides, et leurs anciens synonymes? Quels sont les taxons les mieux connus, et les moins connus? Où les trouve-t-on? Quels sont les meilleurs ouvrages pour les identifier? Que sait-on sur la composition, la distribution et le fonctionnement des divers écosystèmes qu’on trouve au Québec?

L’IQBIO se préoccupe de la biodiversité taxonomique, soit la totalité des espèces, quelles que soient leurs caractéristiques : rares ou abondantes mais jouant toutes un rôle dans leur écosystème, utiles ou nuisibles au commerce, menacées ou non, indigènes ou exotiques et envahissantes. Etc. Et l’Institut cible aussi la biodiversité écologique, soit celle des écosystèmes terrestres et aquatiques (marins ou d’eaux douces), dans laquelle on distingue celle des ensembles d’espèces, dite « synécologique », et celle des populations d’une seule espèce dans sa « niche écologique », dite « autécologique ». Il s’appuie sur des sources documentaires fiables, datées et citées dans les listes d’espèces du Québec qu’il a mises en chantier et dans les bibliographies qui les accompagnent.

L’IQBIO a entrepris de constituer un répertoire des espèces vivantes présentes au Québec et dans les écosystèmes adjacents. Nous mettons donc en ligne une nouvelle présentation de tableaux d’espèces du Québec. Le visiteur doit d’abord choisir, en cliquant sur l’un des icônes pdf suivants, le règne qui l’intéresse parmi les six règnes vivants retenus grâce à une génétique et une microscopie intracellulaire modernes (Cavalier-Smith, 1998, 2004). Seul le règne animal mène actuellement jusqu’aux espèces. Il faut alors cliquer sur le lien ANIMAUX et dérouler le tableau des 200 « taxons de référence » et les fichiers pdf de leurs espèces. :

Règne des BACTÉRIES (Unicellulaires sans noyau, chimiotrophes, hétérotrophes ou autotrophes photosynthétiques)
Règne des CHROMISTES (Uni- ou pluricellulaires à noyau, autotrophes photosynthétiques ou non)
Règne des PROTOZOAIRES (Surtout unicellulaires à noyau, hétérotrophes non photosynthétiques)
Règne des PLANTES (Uni- ou pluricellulaires à noyau, généralement autotrophes photosynthétiques)
Règne des MYCOTES (Champignons et consorts à noyau, saprophages incapables de photosynthèse)
Règne des ANIMAUX (Pluricellulaires à noyau, hétérotrophes incapables de photosynthèse)

Comment naviguer ?

Cliquer pour un règne ouvre une introduction générale sur ce règne, avec quelques références bibliographiques d’ouvrages imprimés pertinents pour la biodiversité du Québec, assez complets et récents, et parfois disponibles en ligne, et un ou quelques hyperliens vers des sites Web d’autres institutions qui offrent des services semblables et parfois plus avancés que le nôtre. Pour le moment, vu l’absence de toute expertise dans l’IQBIO, aucune page n’est disponible sur le règne des BACTÉRIES. Par contre, l’introduction au règne ANIMAL mène à un tableau de sa classification plus élaborée et vers des choix et des résultats analogues à ceux des règnes, mais à des niveaux taxonomiques inférieurs. Choisir dans ce tableau un taxon de référence en cliquant sur son icône pdf ouvrira donc soit (1) une liste tabulaire des espèces québécoises de ce taxon préparée par l’IQBIO, soit (2) quelques références bibliographiques à des documents importants que l’IQBIO n’a pas encore dépouillés, soit (3) des hyperliens vers des sites Web spécialisés. Pour le moment, seulement cinq tableaux sont en ligne : ceux des Phoronides, des Euphausiacés (le « krill »), des Crustacés Décapodes marins, des Décapodes d’eau douce, et des Amphibiens. Les pages de quelques taxons sans icônes ou marqués d’un « ? » sont encore en préparation et seront mises en ligne à mesure que les spécialistes pourront le faire.

Les listes d’espèces présentées en tableaux pdf seront éventuellement remplacées par des bases relationnelles et interactives de données québécoises analogues à celles qu’on trouve dans les grands sites Web internationaux. Des informations brèves sur les écosystèmes sont annotées dans les références bibliographiques, d’ici à ce que les listes et descriptions des écosystèmes québécois soient mieux documentées.

Pierre Brunel, 19 novembre 2014

RÈGNE DES CHROMISTES (Algues brunes, diatomées et autres algues photosynthétiques)

Les végétaux photosynthétiques aquatiques uni- ou pluricellulaires, dits « invasculaires », sont nommés « algues » depuis longtemps, mais ce terme n’a jamais eu de statut dans la classification végétale. Bien des gens considèrent comme des algues les nombreuses plantes vasculaires aquatiques. Les avancées de la génétique moléculaire, de la biochimie et de la microscopie électronique ont eu pour résultat que les embranchements d’algues sont maintenant répartis dans les deux règnes des Plantes et des Chromistes. Des ressemblances et des différences dans les structures cellulaires expliquent ces conséquences dans la classification.

Le règne des Chromistes a été créé par Cavalier-Smith (1981) et conservé dans sa classification ultérieure à 6 règnes (Cavalier-Smith, 1998, 2004), adoptée ici. Elle reconnaît ?? embranchements (ou phyla) de Chromistes: les Phéophytes (algues brunes), Suite à venir

L’embranchement des Phéophytes (algues brunes, le « goémond » et le « varech » des Bretons) sont pluricellulaires, presque toutes marines et parfois de grande taille, comme les Macrocystis, Laminaires géantes de Californie. Suite à venir

On trouvera des listes d’espèces de Chromistes du Québec dans les publications suivantes :

Références

  • Bérard-Therriault, Lyse, Michel Poulin et Luci Bossé, 1999. Guide d’identification du phytoplancton marin de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent, incluant également certains protozoaires. Publication spéciale canadienne des sciences halieutiques et aquatiques – Canadian Special Publication of Fisheries and Aquatic Sciences, n° 128, p. i-xiii, 1-387, chapitres 1-5, fig. 1-10 (2 cartes et 8 dessins en noir et blanc), planches 1-159 (photomicrographies en noir et blanc), tableaux 1-17. Les Presses scientifiques du CNRC – NRC Research Press, Conseil national de recherches du Canada – National Research Council of Canada, Ottawa, ON [499 espèces décrites et illustrées : Chap. 1 – Les Diatomées (142); 2 – Les Dinoflagellés (Classe des Dinophyceae) (137); 3 – Les Microflagellés, avec la collaboration de Marie-Josèphe Chrétiennot-Dinet (39, dont 3 Chlorophycées, 16 Chrysophycées, 5 Dictyochophycées, 7 Cryptophycées, 3 Euglénophycées. 23 Prasinophycées, 39 Prymnésiophycées, 1 Raphidohycée) ; 4 – Les Protozoaires (123); 5 – Remarques sur le picoplancton, par Connie Lovejoy, p. 371-378, tableaux 16-17]
  • Brunel, Jules, 1962. Le phytoplancton de la baie des Chaleurs. Contributions du Ministère de la Chasse et des Pêcheries, Québec, nº 91, p. 1-365, fig. 1-9, tableaux I-XXIV, planches 1-66 (photomicrographies hors-texte en noir et blanc). Département des pêcheries, ministère de la Chasse et des Pêcheries, Gouvernement du Québec, Québec, QC (Aussi, avec corrections mineures : Contributions de l’Institut botanique de l’Université de Montréal, nº 77, p. 1-365, 1970. Presses de l’Université de Montréal) [92 taxons décrits et illustrés, avec clefs d’identification : Bacillariophycées, ou Diatomées Centriques (50) et Pennées (24), Dinophycées (15), Xanthophycées (1), Silicoflagellés (1), Polyasterias problematica (incertae sedis)]
  • Cardinal, André, 1980. Clef d’identification et illustrations des algues marines benthiques les plus communes sur les côtes du Québec. Document polycopié, p. (i-ii), 1-6, planches 1-16 (72 Photos hors-texte en noir et blanc). Département de biologie, Université Laval, Québec, QC [72 espèces traitées]
  • Cardinal, André, 1990. Répartition biogéographique des algues marines benthiques sur les côtes du Québec. Le Naturaliste canadien, vol. 117, n° 3 (1990), p. 167-182, tableaux I-II, fig. 1, annexes I-II. Presses de l’Université Laval, Québec, QC [Présence de 240 taxons dans 9 zones biogéographiques, + bibliographie complète sur algues marines benthiques du Québec]
  • Chabot, Robert et Anne Rossignol, 2003. Algues et faune du littoral du Saint-Laurent maritime : Guide d’identification. P. (i-vi), 1-113, 209 photos en couleurs, 11 dessins en noir et blanc. Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER) et Institut Maurice-Lamontagne (IML), Pêches et Océans Canada, Mont-Joli, QC (Distrib. : Les Publications du Québec, Québec et Montréal) [60 espèces d’algues benthiques, 2 espèces de Plantes à fleurs et 78 espèces animales]
  • Poulin, Michel, Paul B. Hamilton et Marc Proulx, 1995. Catalogue des algues d’eau douce du Québec, Canada. Canadian Field-Naturalist, Vol. 109, No. 1 ( 1995), p. 27-110. Ottawa Field-Naturalists’ Club, Ottawa, ON [2947 taxons recensés: Chlorohyta (1692), Bacillariophyta (646), Chrysophyta (189), Xanthophyta (46), Cryptophyta (25), Cyanophyta (269), Euglenophyta (92), Haptophyta (6), Pyrrophyta (43), Raphidophyta (2); 16 nouvelles combinaisons nomenclaturales]
RÈGNE DES PROTOZOAIRES (Unicellulaires incapables de photosynthèse)

Ce groupe d’organismes vivants a longtemps été étudié en tant qu’embranchement du règne des Animaux. Comme dans le cas des Mycotes, la génétique moléculaire et la microscopie électronique modernes ont apporté des connaissances phylogénétiques très nouvelles sur ces taxons longtemps énigmatiques qu’on rangeait dans le règne des Protistes jusqu’à récemment. Certains genres de ces unicellulaires étaient photosynthétiques et d’autres de la même famille ne l’étaient pas : les premiers étaient donc considérés comme des végétaux (e.g. les algues nommées Dinophycées) et les seconds comme des animaux (e.g. les Péridiniens, rangés dans les Protozoaires).

La classification des unicellulaires est donc devenue très changeante, comme celle des Mycotes. De nombreuses espèces parasites de plantes ou d’animaux terrestres ou aquatiques existent au Québec, mais elles ne sont traitées dans aucune monographie, ni dans tout autre catalogue connu de l’IQBIO. Il n’est pas possible, ni pour les membres actifs du conseil d’administration de l’IQBIO, ni pour son comité éditorial, de suivre tous ces changements, de sorte qu’une classification assez récente et en même temps pratique, celle de Cavalier-Smith (1998, 2004) est ici adoptée de manière un peu arbitraire.

En attendant la collaboration de professionnels – devenus de plus en plus rares – dans la confection d’une liste des espèces de Protozoaires du Québec, l’IQBIO dirige le visiteur vers les ouvrages suivants :

  • Bérard-Therriault, Lyse, Michel Poulin et Luci Bossé, 1999. Guide d’identification du phytoplancton marin de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent, incluant également certains protozoaires. Publication spéciale canadienne des sciences halieutiques et aquatiques – Canadian Special Publication of Fisheries and Aquatic Sciences, n° 128, p. i-xiii, 1-387, chapitres 1-5, fig. 1-10 (2 cartes et 8 dessins en noir et blanc), planches 1-159 (photomicrographies en noir et blanc), tableaux 1-17. Les Presses scientifiques du CNRC – NRC Research Press, Conseil national de recherches du Canada – National Research Council of Canada, Ottawa, ON [499 espèces décrites et illustrées : Chap. 1 – Les Diatomées (142); 2 – Les Dinoflagellés (Classe des Dinophyceae) (137); 3 – Les Microflagellés, avec la collaboration de Marie-Josèphe Chrétiennot-Dinet (39, dont 3 Chlorophycées, 16 Chrysophycées, 5 Dictyochophycées, 7 Cryptophycées, 3 Euglénophycées. 23 Prasinophycées, 39 Prymnésiophycées, 1 Raphidohycée) ; 4 – Les Protozoaires (123); 5 – Remarques sur le picoplancton, par Connie Lovejoy, p. 371-378, tableaux 16-17]
  • Borror, Arthur C., 1973 ( septembre). Protozoa: Ciliophora. Dans: Marine Flora and Fauna of the northeastern United States. NOAA Technical Report NMFS Circular, No. 378, p. i-iv, 1-62, fig. 1-5, 190 dessins non numérotés dans les clefs. National Marine Fisheries Service (NMFS), National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), U.S. Department of Commerce, via Superintendent of Documents, U.S. Government Printing Office, Washington, D.C. 20402 [Nombreux genres et quelques espèces traités, avec clefs d’identification]
  • Puytorac, Pierre de, Jean-Pierre Mignot, J. Grain, C. A. Grolière, L. Bonnet et Pierre Couillard, 1972. Premier relevé de certains groupes de Protozoaires libres sur le territoire de la Station de Biologie de l’Université de Montréal (Saint-Hippolyte, Comté de Terre-bonne, Québec). Le Naturaliste canadien, vol. 99, nº 4 (Juillet-août 1972), p. 417-440, fig. 1-2, planches I-IV (photomicrographies). Université Laval, Québec, QC [325 espèces, sous-espèces et variétés dans 7 grands taxons : Classe PHYTOMASTIGOPHOREA : ordre Chrysomonadida (33), Dinoflagellida (16), Cryptomona-dida (2), Chloromonadida (2), Euglenida (55), Volvocida (7); Classe RHIZOPODEA : o. Arcellinida (76), o. Gromiida (45); Classe CILIATEA : o. Gymnostomatida (34), o. Trichostomatida (1), Hymeno-stomatida (14), o. Peritrichida (4), o. Heterotrichida (23), o. Oligo-trichida (4), Odontostomatida (1), Hypotrichida (8)]
RÈGNE DES PLANTES (Plantes à fleurs, fougères, mousses, et certaines algues, toutes autotrophes photosynthétiques)

En plus de leurs capacités photosynthétiques, la génétique moléculaire, la biochimie et la microscopie électronique modernes ont révélé de nouvelles parentés entre les végétaux qui ont mené à des classifications plus récentes du règne des Plantes. Celle de Cavalier-Smith (2004), adoptée ici, reconnaît cinq embranchements (ou phyla) : les Trachéophytes (Plantes vasculaires : lycopodes, fougères et plantes à fleurs), les Bryophytes (mousses et sphaignes), les Chlorophytes (algues vertes), les Rhodophytes (algues rouges) et les Glaucophytes.

Les plantes vasculaires

En attendant la collaboration des botanistes professionnels dans la confection d’une liste des espèces de Trachéophytes du Québec, l’IQBIO dirige le visiteur vers le consortium Canadensys et son excellente base de données VASCAN sur les Plantes vasculaires du Canada. (http://data.canadensys.net/vascan/)

Un peu d’expérience avec les bases relationnelles de données internationales permettra d’extraire des listes d’espèces présentes en territoire québécois. Cette base de données est tenue à jour régulièrement. Une alternative est évidemment de consulter d’abord la monographie suivante, la plus connue, la plus récente et la plus complète en format imprimé:

  • Marie-Victorin, Frère, 1995 (3e édition, octobre). Flore laurentienne, p. I-XVI, p. 1-1083, fig. 1-324, cartes A-R, 1 carte en couleurs (p. 858-859), planches 1-983 (698 photos en couleurs), tableau 1. Presses de l’Université de Montréal, Montréal, QC (Rééditions dirigées par Ernest Rouleau et Luc Brouillet, conservateurs successifs de l’Herbier Marie-Victorin) [1568 espèces traitées dans la première édition (1935) + 975 espèces dans la 2e édition (1964) + 325 espèces dans celle-ci = 2868 espèces de Trachéophytes traitées ici]. Cette monographie traite seulement de l’embranchement des Trachéophytes du sud du Québec.

Pour une liste des Bryophytes québécoises, on doit absolument consulter le site de la Société québécoise de bryologie, SQB, (www.societequebecoisedebryologie.org) et la monographie suivante:

  • Faubert, Jean, 2012. Flore des bryophytes du Québec-Labrador, vol. 1 : Anthocérotes et hépatiques, p. i-xvi, 1-357, fig. 1-130, planches 1-183. Société québécoise de bryologie, 47, 4e Rang Est, Saint-Valérien-de-Rimouski, QC G0L 4EO 
  • Faubert, Jean, 2013. Flore des bryophytes du Québec-Labrador, vol. 2 : Mousses, première partie), p. i-xiv, 1-402, fig. 1-207, planches 1-288. Société québécoise de bryologie, 47, 4e Rang Est, Saint-Valérien-de-Rimouski’ QC G0L 4EO
  • Faubert, Jean, 2014. Flore des bryophytes du Québec-Labrador, vol. 3 : Mousses, seconde partie), p. i-viii, 1-456, fig. 1-290, planches 1-285. Société québécoise de bryologie, 47, 4e Rang Est, Saint-Valérien-de-Rimouski, QC G0L 4EO

Pour la flore des Trachéophytes des territoires du nord du Québec, le premier et le second tomes (sur 4 prévus) de la monographie suivante devient la référence obligatoire :

  • Payette, Serge (direction), 2013. Flore nordique du Québec et du Labrador. Vol. 1, p. i-viii, p. 1-553, 36 chapitres, nombreuses photos et cartes en couleurs. Presses de l’Université Laval, Québec, QC [??? espèces décrites et illustrées, avec clefs d’identification et cartes de distribution, par 7 auteurs : Serge Payette, Norman Dignard, Michelle Garneau, Robert Gauthier, Stuart G. Hay, Gilles Houle et Annie St-Louis]
  • Payette, Serge (direction), 2015. Flore nordique du Québec et du Labrador. Vol. 2, p. i-vii, p. 1-710, 22 chapitres, nombreuses photos et cartes en couleurs. Presses de l’Université Laval, Québec, QC [??? espèces décrites et illustrées, avec clefs d’identification et cartes de distribution, par 11 auteurs : George W. Argus, Stéphane M. Bailleul, Marcel Blondeau, Jacques Cayouette, Michelle Garneau, Robert Gauthier, Stuart G. Hay, Jacques Labrecque, Serge Payette, Annie St-Louis et Benoît Tremblay]

Les algues

Les végétaux photosynthétiques aquatiques uni- ou pluricellulaires, dits « invasculaires », sont nommés « algues » depuis longtemps, mais ce terme n’a jamais eu de statut dans la classification végétale. Les algues et les champignons ont longtemps été réunis sous le vocable « cryptogames », qui signifie « reproduction cachée », souvent asexuée et à l’aide de spores. Bien des gens considèrent comme des algues les nombreuses plantes vasculaires aquatiques. Les embranchements d’algues sont maintenant répartis dans les deux règnes des Plantes et des Chromistes.

Les Chlorophytes et les Rhodophytes sont des embranchements importants, les premières étant plus nombreuses dans les eaux douces que dans les eaux salées et les secondes, plus nombreuses dans les océans. Quant aux Glaucophytes, ces unicellulaires d’eaux douces ne comptent que 14 espèces rares et sont encore inconnues au Québec.

On trouvera des listes d’espèces de Chlorophytes et de Rhodophytes du Québec dans les publications suivantes :

  • Brunel, Jules, 1962. Le phytoplancton de la baie des Chaleurs. Contributions du Ministère de la Chasse et des Pêcheries, Québec, nº 91, p. 1-365, fig. 1-9, tableaux I-XXIV, planches 1-66 (photomicrographies hors-texte en noir et blanc). Département des pêcheries, ministère de la Chasse et des Pêcheries, Gouvernement du Québec, Québec, QC (Aussi, avec corrections mineures : Contributions de l’Institut botanique de l’Université de Montréal, nº 77, p. 1-365, 1970. Presses de l’Université de Montréal) [92 taxons décrits et illustrés, avec clefs d’identifica-tion : Bacillariophycées, ou Diatomées Centriques (50) et Pennées (24), Dinophycées (15), Xanthophycées (1), Silicoflagellés (1), Polyasterias problematica (incertae sedis)]
  • Cardinal, André, 1990. Répartition biogéographique des algues marines benthiques sur les côtes du Québec. Le Naturaliste canadien, vol. 117, n° 3 (Juillet-septembre 1990), p. 167-182, tableaux I-II, fig. 1, annexes I-II.Presses de l’Université Laval, Québec, QC [9 zones biogéographi-ques littorales, dont 7 des côtes du Québec et du Labrador (Estuaire moyen amont et aval, Estuaire moyen nord et sud, côte nord-gaspésienne, Moyenne Côte-Nord et île d’Anticosti, îles de la Madeleine, Labrador, baie d’Ungava, détroit d’Hudson et baie d’Hudson orientale, baie de James); 240 taxons des côtes du Québec-Labrador: Chlorophytes (72), Rhodophytes (85), Phéophytes (83); biblio-graphie complète sur algues marines benthiques du Québec]
  • Poulin, Michel, Paul B. Hamilton et Marc Proulx, 1995. Catalogue des algues d’eau douce du Québec, Canada. Canadian Field-Naturalist, Vol. 109, No. 1 (January-March 1995), p. 27-110. Ottawa Field-Naturalists’ Club, Ottawa, ON [2947 taxons recensés: Chlorophyta (1692), Bacillariophyta (646), Chrysophyta (189), Xanthophyta (46), Cryptophyta (25), Cyanophyta (269), Euglenophyta (92), Haptophyta (6), Pyrrophyta (43), Raphidophyta (2); 16 nouvelles combinaisons nomenclaturales]
  • Bérard-Therriault, Lyse, Michel Poulin et Luci Bossé, 1999. Guide d’identification du phytoplancton marin de l’estuaire et du golfe du Saint-Laurent, incluant également certains protozoaires. Publication spéciale canadienne des sciences halieutiques et aquatiques – Canadian Special Publication of Fisheries and Aquatic Sciences, n° 128, p. i-xiii, 1-387, chapitres 1-5, fig. 1-10 (2 cartes et 8 dessins en noir et blanc), planches 1-159 (photomicrographies en noir et blanc), tableaux 1-17. Les Presses scientifiques du CNRC – NRC Research Press, Conseil national de recherches du Canada – National Research Council of Canada, Ottawa, ON [499 espèces décrites et illustrées : Chap. 1 – Les Diatomées (142); 2 – Les Dinoflagellés (Classe des Dinophyceae) (137); 3 – Les Microflagellés, avec la collaboration de Marie-Josèphe Chrétiennot-Dinet (39, dont 3 Chlorophycées, 16 Chrysophycées, 5 Dictyochophycées, 7 Cryptophycées, 3 Euglénophycées. 23 Prasinophycées, 39 Prymnésiophycées, 1 Raphidohycée) ; 4 – Les Protozoaires (123); 5 – Remarques sur le picoplancton, par Connie Lovejoy, p. 371-378, tableaux 16-17]
RÈGNE DES MYCOTES (Champignons et consorts à noyau, pluri- ou unicellulaires saprophages, incapables de photosynthèse)

Les champignons en forme de parapluie que tout le monde connaît ne sont que l’organe de reproduction temporaire du cycle de développement d’organismes filamenteux permanents généralement bien cachés. Ces filaments pluricellulaires nommés mycélium ont germé à partir de spores unicellulaires et se sont infiltrés soit dans le sol, soit dans les troncs d’arbre en décomposition, soit sous l’écorce d’arbres encore debout mais condamnés à une mort lente par ce mycélium qui s’en nourrit par « saprophagie » (absorption de matière organique en décomposition). Parce qu’on les croyait apparentés aux Plantes, les champignons ont été étudiés jusqu’à récemment dans le cadre de la botanique. Mais ces organismes sont désormais rangés dans un règne qui leur est propre, celui des Mycotes (ou Mycètes), car la génétique moléculaire a montré qu’ils sont plus proches des Animaux que des Plantes! La signature génétique d’un réseau de mycélium contenu dans le sol d’un grand champ a même permis de calculer que le poids de cet unique individu était supérieur à celui du plus gros individu vivant connu actuellement : un géant !

La classification des Mycotes, grâce aux connaissances phylogénétiques nouvelles qu’ont apportées la génétique, la biochimie et la microscopie électronique modernes, subit des changements incessants. Des taxons unicellulaires longtemps énigmatiques qu’on rangeait dans le règne des Protistes jusqu’à récemment se sont retrouvés associés avec les Mycotes, tandis que d’autres micro-organismes en ont été évincés pour se retrouver dans les Protozoaires ou les Animaux. Mais les deux embranchements classiques des Basidiomycètes et des Ascomycètes ont toutefois été confirmés dans leur identité.

Les moisissures, les rouilles des végétaux et nombre d’autres parasites de Plantes et d’Animaux, dans les milieux terrestres, d’eaux douces et même d’eaux salées, avaient trouvé depuis longtemps leurs parentés phylogénétiques dans le règne des Mycotes, généralement dans les Ascomycètes. Mais l’IQBIO ne connaît aucune compilation de ces espèces au Québec, malgré les connaissances acquises depuis longtemps sur les dégâts qu’ils infligent à l’agriculture, à la foresterie ou… aux ongles des pieds !

Il n’est donc pas possible, ni pour les membres actifs du conseil d’administration de l’IQBIO, ni pour son comité éditorial, de suivre tous ces changements ou ces progrès, de sorte qu’une classification assez récente et en même temps pratique, celle de Cavalier-Smith (1998, 2004) devra être adoptée de manière un peu arbitraire.

En attendant la collaboration de professionnels – devenus de plus en plus rares – dans la confection d’une liste des espèces de Mycotes du Québec, l’IQBIO dirige le visiteur vers les ouvrages et le site Web suivants :

Références

  • Boulet, Bruno, 2003. Les champignons des arbres de l’est de l’Amérique du Nord, p. I-XX, 1-727, planches 1-80 (502 photos et 32 photomicrographies en couleurs), fig. 1-33 (carte et photos en noir et blanc, 169 cartes de distribution en noir et blanc. Les Publications du Québec, Sainte-Foy, QC G1N 2E5 [172 espèces et variétés traitées, dans 29 familles]
  • Cavaliere, R., 1977. Higher Fungi: Ascomycetes, Deuteromycetes, and Basidiomycetes. Dans: Marine Flora and Fauna of the northeastern United States. NOAA Technical Report NMFS Circular, No. 398, p. i-iv, 1-49, fig. 1-?? . National Marine Fisheries Service (NMFS), National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), U.S. Department of Commerce, Seattle, WA, via Superintendent of Documents, U.S. Government Printing Office, Washington, D.C [?? espèces traitées, avec clefs d’identification]
  • Cavalier-Smith, Thomas, 1998. A revised six-kingdom system of life. Biological Reviews, 73(3): 203-266
  • Cavalier-Smith, Thomas, 2004. Only six kingdoms of life. Proceedings of the Royal Society of London, Series B: Biological Sciences, 271(1545): 1251-1262
  • McNeil, Raymond, 2006. Le grand livre des champignons du Québec et de l’est du Canada. Guides Nature Quintin, p. 1-575, ??? photos en couleurs, fig. 1-37, 190 cartes en dichromie, 1 tableau. Éditions Michel Quintin, Waterloo, QC J0E 2N0 [951 espèces décrites et illustrées, plusieurs autres citées pour comparaisons]
  • Mycoquebec, 2008. Les champignons du Québec : Liste de toutes les espèces retrouvées sur ce site. Site Web accessible via mycoquebec.org (1563 espèces traitées, avec photos en couleurs et données descriptives, et additions fréquentes à la liste, jusqu’au 2 décembre 2008)

Voir aussi

Cercle des Mycologues de Montréal
mycomontreal.qc.ca

RÈGNE DES ANIMAUX (Pluricellulaires à noyau, hétérotrophes incapables de photosynthèse)

Avec le règne des PLANTES, celui des ANIMAUX a été reconnu depuis très longtemps, même avant les travaux de Linné au 18e siècle. Plantes et Animaux faisaient partie d’un trio qui incluait le règne des MINÉRAUX. Ceux-ci n’étant pas des organismes vivants, ils ont perdu ce « statut » et ne sont plus des constituants de la biodiversité. Comme dans le cas des autres règnes, la microscopie électronique, la biochimie et la génétique moléculaire modernes ont apporté des connaissances phylogénétiques très nouvelles sur les Animaux. Leur classification en a été affectée elle aussi, mais à des degrés moindres que dans le cas des quatre règnes les plus primitifs et anciens. On a proposé de nombreux niveaux taxonomiques intermédiaires (sous-règnes, sous-embranchements, divisions, sous classes, etc.) qu’il vaut mieux éviter en attendant qu’un large consensus survienne parmi les scientifiques. La classification que l’IQBIO adopte ci-dessous reflète certains compromis pragmatiques entre celle des grands taxons classiques (cf. Loiselle, 1996) et celle de Cavalier-Smith (1998, 2004), de manière à préserver une certaine stabilité et des objectifs centrés davantage sur l’écologie (le présent) que sur la phylogénie (le passé). Ce choix évitera des changements trop nombreux. Puisque c’est encore la classe des INSECTES qui compte le plus grand nombre d’espèces dans le monde, et sans doute au Québec, on aura avantage à consulter d’abord les sites Internet des trois associations les plus actives en entomologie au Québec, (1) l’Entomofaune du Québec, inc. (http://entomofaune.qc.ca), (2) la Société d’entomologie du Québec (www.seq.qc.ca ) et (3) l’Association des Entomologistes amateurs du Québec (http://aeaq.ca), ainsi que l’Insectarium de Montréal (http://espacepourlavie.ca/insectarium).

Références

  • Cavalier-Smith, Thomas, 1998. A revised six-kingdom system of life. Biological Reviews, 73(3): 203-266 [Règne Animalia: 23 embranchements ou phyla]
  • Cavalier-Smith, Thomas, 2004. Only six kingdoms of life. Proceedings of the Royal Society of London, Series B: Biological Sciences, 271(1545): 1251-1262 [Règne Animalia: 22 embranchements ou phyla]
  • Loiselle, Robert, 1996 (avril). Les animaux sans vertèbres, ces méconnus inconnus…, p. (i-viii), 1-75, fig. 1, 30 dessins stylisés, tableaux 1-3. Entomofaune du Québec, inc., 637, boul. Talbot, suite 108, Chicoutimi, QC (En ligne: http://entomofaune.qc.ca) [30 embranchements animaux brièvement décrits, avec estimation du nombre d’espèces terrestres, dulcicoles, marines et parasites dans chacun, et du nombre d’espèces dans chacun recensé au Québec]

Section en construction

Note importante: Les fichiers pdf du tableau ci-dessous sont mis à jour, activés ou remplacés progressivement selon la disponibilité des responsables de l’IQBIO et des chercheurs volontaires qui leur viendront en aide.
ANIMALIA : Taxons de référence des espèces du règne Animal au Québec
T = Milieux terrestres

D = Milieux dulcicoles (eaux douces)

M = Milieux marins

N = Nombre d’espèces, identifiées au moins au genre, connues du territoire québécois, de ses eaux continentales et de ses mers adjacentes jusqu’à une profondeur de 1000 mètres

? = Taxon pas encore dépouillé pour ce milieu par l’IQBIO

Blocs noirs : Taxon supérieur: liste non compilée ici à ce niveau

Blocs rouges: Taxon inconnu de ce milieu dans le monde

Blocs jaunes: Taxon encore inconnu de ce milieu au Québec

Un clic sur l’icône pdf du taxon de référence ouvre quelques références clefs ou la liste des espèces du Québec.

Certains taxons («noms entre guillemets») n’ont plus de statut taxonomique mais sont encore utilisés de manière informelle pour des raisons écologiques fonctionnelles et pratiques.

EMBRANCHEMENT (ou PHYLUM)

..Sous-embranchement (ou Sous-phylum)

….CLASSE: Souvent le taxon de référence

……Sous-classe

……..Ordre: Souvent le taxon de référence

……….Sous-ordre : Parfois le taxon de référence

T D M N
MONOBLASTOZOA (Monoblastozoaires) 0
PLACOZOA (Placozoaires) 0
MESOZOA (Mésozoaires) 0
PORIFERA (Spongiaires, Éponges ou Porifères) 42
….HEXACTINELLIDA (Hexactinellides ou Éponges de verre)  10A 1
….CALCAREA (Éponges calcaires) ?  10Bm 11
….DEMOSPONGIAE (Démosponges) [incl. SCLEROSPONGIAE (Sclérosponges)]  10B  10C 67
RADIATA (RADIAIRES)
CNIDARIA (Cnidaires)
….HYDROZOA (Hydrozoaires)
……..Hydroida (Hydraires) (= phase ou stade benthique de l’ordre) 131
……..Hydromedusae (Hydroméduses) (= phase planctonique des Hydraires) 22
……..Milleporina (Millépores) 0
……..Stylasterina (Stylasteripores) 0
……..Trachymedusae (Trachyméduses)  15A 3
……..Narcomedusae (Narcoméduses)  15B 2
……..Siphonophora (Siphonophores)  16A 3
……..Chondrophora (Chondrophores) 0
……..Actinulida (Actinulides) 0
….MYXOZOA (Myxozoaires) (Ex Protozoaires: Microsporidies ou Mixosporidies) Endoparasites dégénérés de Vertébrés ? ? 18C 17
….CUBOZOA (Cubozoaires, Cuboméduses) 0
….SCYPHOZOA (Scyphozoaires) 10
……..Coronatae (Scyphoméduses Coronates)  17 2
……..Stauromedusae (Stauroméduses)  18A 5
……..Semaeostomeae (Scyphoméduses Séméostomes)  18B 4
……..Rhizostomeae (Scyphoméduses Rhizostomes) 0
….ANTHOZOA (Anthozoaires) 28
……Octocorallia (Octocoralliaires ou Coraux mous) 9
……..Alcyonacea (Alcyonaires ou Choux-fleurs de mer)  19A 7
……..Pennatulacea (Pennatules ou Plumes de mer)  19B 5
……..Gorgonacea (Gorgones ou Éventails de mer) 0
……..Telestacea (Télestacés) 0
……..Helioporacea (Hélioporacés) 0
……..Stolonifera (Stolonifères) 1
……Hexacorallia (Hexacoralliaires) 18
……..Scleractinia (Scléractiniaires, Madrépores ou Coraux vrais)  20 1
……..Actiniaria (Actiniaires, Actinies ou Anémones de mer)  21 16
……..Zoanthidea (Zoanthaires ou Anémones coloniales)  22 3
……..Corallimorpharia (Corallimorphes ou Faux coraux) 9
……Ceriantipatharia (Cériantipathaires) 1
……..Antipatharia (Antipathaires) 0
……..Ceriantharia (Cérianthaires ou Cérianthes)  24B 1
CTENOPHORA (Cténophores ou Cténaires)  25 4
PROTOSTOMIA (PROTOSTOMIENS)
PLATYHELMINTHES (Plathelminthes ou vers plats) 108+
….TURBELLARIA (Turbellariés) Espèces libres ou parasites alt 26 16+
….MONOGENEA (Monogéniens) Espèces toutes ectoparasites dans l’habitat de leur hôte 27A 17+
….TREMATODA (Trématodes ou Digéniens) Espèces toutes endoparasites dans l’habitat de leur hôte alt 27B 49+
….CESTODA (Cestodes ou Vers solitaires) [incl. CESTODARIA (Cestodaires)] Espèces endoparasites dans l’habitat de leur hôte ? alt 28 26+
NEMERTEA (Némertes ou Némertiens) alt  29 14+
GNATHOSTOMULIDA (Gnathostomulides) 0
CEPHALORHYNCHA (Céphalorhynques) (Ex ASCHELMINTHES ou NEMATHELMINTHES pro parte) 6
….PRIAPULA (Priapuliens ou Priapulides)  31A 2
….Kinorhyncha (Kinorhynques) ? 31I 8
….Loricifera (Loricifères) 0
NEMATODA (Nématodes) Espèces libres ou endoparasites dans l’habitat de leur hôte ? 121+
NEMATOMORPHA (Nématomorphes) 1+
….NECTONEMATOIDEA (Nectonématoïdes)  31F 1
….GORDIACEA (vers Gordiens ou «crins de cheval») Espèces endoparasites de leur hôte terrestre ? alt ?
ROTIFERA (= ROTATORIA) (Rotifères) alt 4
ACANTHOCEPHALA (Acanthocéphales) Espèces endoparasites d’hôtes terrestres, dulcicoles ou marins ? alt 31D 18+
CYCLIOPHORA (Cycliophores) 0
GASTROTRICHA (Gastrotriches) alt alt 1
MICROGNATHOZOA (Micrognathozoaires) 0
ENDOPROCTA (Endoproctes ou Kamptozoaires) Espèces d’eaux parfois très saumâtres alt 32 4
LOPHOPHORATA (Lophophoriens) 177+
….PHORONIDA (Phoronides ou Phoronidiens), 17 Espèces connues dans le monde  33 1
….BRYOZOA (Bryozoaires, Polyzoaires ou Ectoproctes) 13 alt 185
……Gymnolaemata (Gymnolèmes, ou Bryozoaires généralement marins) alt 172
……Phylactolaemata (Phylactolèmes, ou Bryozoaires dulcicoles) 13
….BRACHIOPODA (Brachiopodes)  35 5
SIPUNCULA (Siponcles ou Sipunculiens)  36 8
MOLLUSCA (Mollusques) 311 espèces marines 311+
….MONOPLACOPHORA (Monoplacophores) 0
….APLACOPHORA (Aplacophores)  39 2
….POLYPLACOPHORA (Polyplacophores)  40 6
….GASTROPODA (Gastropodes)
…… «Prosobranchia » (Prosobranches) ? alt alt 136+
……«Opisthobranchia» (Opisthobranches) 42
……..Cephalaspidea (Céphalaspides) alt 13
……..Anaspidea (Anaspides) 0
……..Acochlidioidea (Acochlidiens) 0
……..Aplysiomorpha ou Aplysiacea (Aplysies, ou lièvres de mer) 0
……..Nudibranchia (Nudibranches) 23
……..Sacoglossa ou Ascoglossa (Sacoglosses) 3
……..Notaspidea (Notaspides) 0
……..Gymnosomata (Gymnosomes ou Ptéropodes nus) alt 1
……..Thecosomata (Thécosomes ou Ptéropodes à coquille) alt 2
……«Pulmonata» (Pulmonés) ? alt alt 2+
….PELECYPODA ou BIVALVIA (Pélécypodes ou Bivalves) 118
……«Protobranchia» (Protobranches) (Amandes de mer) 17
…… «Lamellibranchia» (Lamellibranches: Moules, pétoncles, coques, palourdes, etc) alt alt 96
…… «Septibranchia» (Septibranches) 5
….CEPHALOPODA (Céphalopodes: calmars, sépioles, pieuvres, etc) 10
….SCAPHOPODA (Scaphopodes: dentales) alt 3
ANNELIDA (Annélides ou vers annelés)
….APHANONEURA (Aphanoneures)
….POLYCHAETA (Polychètes) alt 333
….OLIGOCHAETA (Oligochètes) alt alt 8+
….HIRUDINEA (Hirudinées ou Sangsues) alt 7+
….ECHIURA (Échiuriens) alt 3
….POGONOPHORA (Pogonophores) 0
ARTHROPODA (Arthropodes)
..Crustacea (Crustacés)
….CEPHALOCARIDA (Céphalocarides) 0
….REMIPEDIA (Rémipèdes) 0
….BRANCHIOPODA (Branchiopodes)
……..Anostraca (Anostracés) alt ?
……..Notostraca (Notostracés) alt ?
……..«Conchostraca » («Conchostracés») alt ?
……..Cladocera (Cladocères) alt 57D 10+
….THECOSTRACA (Thécostracés)
……..Ascothoracida (Ascothoraciques)  63C 2
……..Facetotecta (Facétotectiens) 63E 1
……..Cirripedia Acrothoracica (Cirripèdes Acrothoraciques)  63D 1
……..Cirripedia Rhizocephala (Cirripèdes Rhizocéphales)  63B 1
……..Cirripedia Thoracica (Cirripèdes Thoraciques)  63A 11
….MAXILLOPODA (Maxillopodes)
……Branchiura Arguloida (Branchioures Arguloïdes) alt  62 3+
……Pentastomida (Pentastomides) Espèces endoparasites de Vertébrés ? alt 0
……Mystacocarida (Mystacocarides) 0
……Tantulocarida (Tantulocarides) 0
……Copepoda (Copépodes) ? ? ?
……..Calanoida (Calanoïdes) alt 60A 49+
……..Cyclopoida (Cyclopoîdes) Espèces libres ou parasites alt 60C 15+
……..Harpacticoida (Harpacticoïdes) alt  60B 104+
……..Misophrioida (Misophrioïdes) 0
……..Monstrilloida (Monstrilloïdes) 60E 5
……..Mormonilloida (Mormonilloïdes) 0
……..Platycopioida (Platycopioïdes) 0
……..Poecilostomatoida (Poecilostomes) Espèces libres ou parasites alt 60D 18+
……..Siphonostomatoida (Siphonostomes) Espèces toutes parasites alt 60F 31+
……Ostracoda (Ostracodes) alt 58 55+
….MALACOSTRACA (Malacostracés, ou Crustacés supérieurs)
……Phyllocarida (Phyllocarides) 2
……..Leptostraca (Leptostracés, ou Nébaliacés)  64 2
……Hoplocarida (Hoplocarides)
……..Stomatopoda (Stomatopodes, ou Squilles) 0
……Eumalacostraca (Eumalacostracés)
……..Anaspidacea (Anaspidacés) 0
……..Bathynellacea (Bathynellacés) 0
……..Thermosbaenacea (Thermosbénacés) 0
……..Spelaeogriphacea (Spéléogriphacés) 0
……..Lophogastrida (Lophogastrides) 0
……..Mysida (Mysides ou Mysidacés) alt 68B 25
……..Mictacea (Mictacés) 0
……..Amphipoda (Amphipodes) ? ? alt
……….Ingolfiellidea (Ingolfiellidiens) 0
……….Gammaridea (Gammaridiens) alt  72A 323
……….Hyperiidea (Hypéridiens)  72C 8
……….Caprellidea (Caprellidiens, ou Caprelles) Majorité des espèces libres, très petit nombre d’ectoparasites  72B 9
……..Isopoda (Isopodes) Espèces libres ou parasites alt alt 71 46+
……..Tanaidacea (Tanaïdacés) 70 6
……..Cumacea (Cumacés) 69 40
……..Euphausiacea (Euphausiacés, ou Krill)  73 5
……..Amphionidacea (Amphionidacés) 0
……..Decapoda (Décapodes: crevettes, langoustes, homards, bernards-l’ermite, crabes) 66
……..Decapoda (Crevettes pénéidiennes) 74 6
……..Decapoda (Crevettes caridiennes) 75 31
……..Decapoda (Thalassinidiens) 77B 2
……..Decapoda (Astacidiens: homards) 77 1
……..Decapoda (Anomoures: bernard l’hermite) 78 7
……..Decapoda (Brachyoures: crabes) 79 12
……..Decapoda (Cambaridés: écrevisses) 8
..Chelicerata (Chélicérates)
….MEROSTOMATA (Mérostomés)
……Xiphosurida (Xiphosures ou Limules) 0
….ARACHNIDA (Arachnides)
……Scorpionida (Scorpions) 0
……Palpigradi (Palpigrades) ? ?
……Schizomida (Schizomides) 0
……Uropygi ou Thelyphonida (Uropyges ou Vinaigriers) 0
……Amblypigi (Amblypyges) 0
……Araneida ou Araneae (Aranéides ou Araignées) alt alt 620
……Pseudoscorpionida (Pseudoscorpions) ? ?
……Solifugae ou Solpugida (Solifuges) 0
……Cyphophthalmi (Cyphophthalmes) ? ?
……Opiliones ou Phalangida (Opilions ou Faucheux) 12 12
……Ricinulei (Ricinuliens) 0
……Acari (Acariens) Espèces libres ou parasites d’hôtes terrestres ? ? 82P 4
….PYCNOGONIDA ou PANTOPODA (Pycnogonides) alt 15
..Uniramia (Uniramés)
….ONYCHOPHORA (Onychophores ou Péripates) 0
….MYRIAPODA (Myriapodes ou Mille-pattes) 27 27
……Pauropoda (Pauropodes)  85B ?
……Diplopoda (Diplopodes)  85C 17
……Chilopoda (Chilopodes)  85D 8
……Symphyla (Symphyles)  85E 2
….INSECTA (Insectes ou Hexapodes) ?
……Collembola (Collemboles) alt 42
……Archaeognatha ou Microcoryphia (Archéognathes) ? ?
……Blattoidea (Blattes) 22
……Coleoptera (Coléoptères) alt alt alt 3727
……Dermaptera (Dermaptères) 5
……Diptera (Diptères) alt alt alt ?
……Embioptera ou Embiidina (Embioptères) ? ?
……Ephemeroptera (Éphéméroptères ou Éphémères) alt alt 150
……Grylloptera (Grylloptères: grillons et sauterelles) alt 34
……Hemiptera (Hémiptères)(Incluant les anciens Homoptères) alt alt alt ?
……Hymenoptera (Hyménoptères) ?
……Isoptera (Isoptères ou Termites) 0
……Lepidoptera (Lépidoptères ou Papillons) alt 3004
……Mantodea (Mantes religieuses) alt 2?
……Mantophasmodea ? ?
……Mecoptera (Mécoptères) alt 23
……Megaloptera (Mégaloptères) alt ?
……Neuroptera (Névroptères) alt ?
……Notoptera (Notoptères) 0
……Odonata (Odonates: libellules et demoiselles) 138 138 138
……Orthoptera (Orthoptères: criquets) 43
……Phasmida ou Cheleuroptera (Phasmes) 1
……Phthiraptera (Phthiraptères ou Poux, incluant les Anoploures)  84pt 33
……Plecoptera (Plécoptères) alt ?
……Psocoptera (Psocoptères) alt ?
……Raphidioptera (Raphidioptères) ? ?
……Siphonaptera (Siphonaptères ou Puces)  84t 42
……Strepsiptera (Strepsiptères) ? ?
……Thysanoptera (Thysanoptères ou Thrips) alt ?
……Trichoptera (Trichoptères) alt alt alt 328
……Zoraptera (Zoraptéres) ? ? ? ?
…Zygentoma ou Thysanura (Thysanoures ou Lépismes) ? 3
….TARDIGRADA (Tardigrades) 85Fd  85Fm 14+
DEUTEROSTOMIA (DEUTÉROSTOMIENS)
CHAETOGNATHA (Chétognathes ou Vers-flèches)  86M 5
HEMICHORDATA (Hémicordés) 2
….PTEROBRANCHIA (Ptérobranches) 0
….ENTEROPNEUSTA (Entéropneustes)  87CM 2
….PLANCTOSPHAEROIDEA (Planctosphères) 0
ECHINODERMATA (Échinodermes)
….CRINOIDEA (Crinoïdes)  90M 1
….HOLOTHUROIDEA (Holothuries ou Concombres de mer)  91M 15
….ASTEROIDEA (Astéries ou Étoiles de mer) alt 22
….ECHINOIDEA (Échinoïdes ou Oursins) alt 4
….CONCENTRICYCLOIDEA 0
….OPHIUROIDEA (Ophiures) alt 19
UROCHORDATA (Urocordés)
….LARVACEA ou APPENDICULARIA (Larvacés ou Appendiculaires)  95M 4
….ASCIDIACEA ou TUNICATA (Ascidies ou Tuniciers)  96M 37
….THALIACEA (Thaliacés: salpes, dolioles, pyrosomes)  97M 1
….SORBERACEA (Sorbéracés) 0
CEPHALOCHORDATA (Céphalocordés) 0
CHORDATA (Cordés)
..«Agnatha» (Agnathes) 3 espèces dulcicoles, 2 marines alt  98-AgM 5
.. Vertebrata ou Craniata (Vertébrés ou Craniates) ?
….CHONDRICHTYES (Chondrichtyens: poissons cartilagineux, requins et raies) alt 14
….OSTEICHTHYES (Ostéichthyens ou Actinoptérygiens: poissons osseux, anciens Téléostéens) espèces anadromes ou catadromes  98-od  98M 268
….AMPHIBIA (Amphibiens ou Batraciens) 99A.pdf 20
….«REPTILIA» (Reptiles: tortues et couleuvres) alt alt alt 19
….AVES (Oiseaux) Regroupement QuébecOiseaux 2014, voir alt ? ? 431
….MAMMALIA (Mammifères) alt ? alt 94

pectinatella magnifica-al

Un animal bien curieux que ce Pectinatelle… (Photo A. Lapointe, 9 sept. 2005, Lachenaie, Qc)

Références

RICCIARDI, A., and REISWIG, H..M. 1994. Taxonomy, distribution, and ecology of the freshwater bryozoans (Ectoprocta) of eastern Canada. Can. J. Zool. 72: 339-359.

Voir aussi : fr.wikipedia.org/wiki/Pectinatella_magnifica#Une_esp.C3.A8ce_originaire_de_l.27Am.C3.A9rique_du_Nord

Partagez
Facebook